Vous êtes ici : AccueilActualités

Vient de paraître - La Dioptre d'Héron d'Alexandrie

Publié le 19 octobre 2022 Mis à jour le 23 octobre 2022
La Dioptre
La Dioptre
Héron d'Alexandrie, La Dioptre. 
Édité par Micheline DECORPS-FOULQUIER. Traduit par Jean-Yves GUILLAUMIN.


La Dioptre d’Héron d’Alexandrie est un traité tout à fait étonnant et original en ce sens qu’il mêle étroitement la théorie mathématique et des applications techniques diverses. On y apprend tout aussi bien, par exemple, à calculer la surface d’un triangle quelconque dont on ne connaît que les côtés, qu’à prendre les niveaux nécessaires pour l’établissement d’une conduite d’eau, ou à adapter des regards sur le parcours d’un aqueduc souterrain, dont un autre chapitre célèbre enseigne à calculer le tracé. La dioptre, dont la construction est minutieusement décrite par Héron au début du livre, a de multiples utilisations dont s’enorgueillit l’auteur, au point que cet instrument pourrait être considéré comme symbolique des travaux héroniens comme la groma l’est de ceux des arpenteurs romains. Dans le traité se réunissent les deux personnages qui coexistent en Héron d’Alexandrie, le géomètre euclidien auteur des Metrica et l’ingénieur, particulièrement connu comme constructeur d’automates. Le texte, soigneusement édité et traduit selon des critères appropriés, est équipé d’un important appareil d’analyses et de commentaires visant à le resituer dans le contexte de la science et de la technique antiques dont il est un des fleurons remarquables.

Micheline Decorps-Foulquier est professeur de Grec à l’Université de Clermont-Ferrand. Spécialiste de l’histoire des textes mathématiques grecs, elle a publié une histoire du texte grec et l’édition des Livres grecs I-IV des Coniques d’Apollonius de Pergé, ainsi qu’une édition d’Eutocius d’Ascalon. On lui doit dans la Collection des Universités de France l'édition de La Section du cylindre. La Section du cône de Serenus, ainsi que celle de La Dioptre de Héron d'Alexandrie. 

Jean-Yves Guillaumin, professeur émérite de l’Université de Franche-Comté, a consacré une grande partie de ses travaux aux textes scientifiques, philosophiques et encyclopédiques dans l’Antiquité, éditant notamment aux Belles Lettres, dans la CUF ou dans ALMA, un certain nombre de traités mathématiques et techniques latins.